mardi, janvier 03, 2012

Le « printemps arabe » un an après : où en sommes-nous ?

1jour1actu
Le « printemps arabe » un an après : révolte, ingérence et islamisme. C'est le thème d'une conférence publique qui aura lieu à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) le 20 janvier, de 18 h 30 à 21 h.  Pourquoi la révolte? Pourquoi l’ingérence étrangère? Et pourquoi l’islamisme en fin de compte a-t-il remplacé les dictatures déchues?

À ces questions, trois personnalités tenteront d’apporter des éléments de réponse. Il s’agit de Mezri Haddad,  philosophe, ex-ambassadeur de Tunisie à l’UNESCO, auteur de La face cachée de la révolution tunisienne, islamisme et occident, une alliance à haut risque; de Fodil Boumala, chercheur en sociologie, militant des Droits de l’Homme; et, de Ahmed Bensaada, docteur en physique et auteur de l'essai « ArabesqueAméricaine : le rôle des États-Unis dans les révoltes de la rue arabe » paru en mai 2011 aux Éditions Michel Brûlé. Le rôle de modérateur sera tenu par Frédéric Castel, chargé de cours au Département de Sciences des religions de l'UQAM. M. Castel est également historien et géographe.
Cette conférence précédera de quelques jours un colloque sur le printemps arabe et qui portera spécifiquement sur les changements politiques et les nouveaux acteurs. La rencontre sera organisée le 16 février à l’UQAM par l'Observatoire sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Il s’agira alors d’analyser les mouvements en cours et comprendre leurs aboutissements politiques.

Conférence du vendredi 20 janvier 2012   
Horaire : 18 h 30 à 21 h       
Lieu : Université du Québec à Montréal (UQAM), local DS-R525, Pavillon J. A. De Sève, 320, rue Sainte-Catherine Est (coin Sanguinet), Métro Berri-UQAM
Entrée : libre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Publier un commentaire