dimanche, avril 25, 2010

Publication: : La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent, une histoire des Algériens au Canada.

Existe-t-il une communauté, des communautés ou bien simplement, une émigration algérienne au Canada? Voilà qui n’est pas le moindre intérêt du livre de Marion Camarasa-Bellaube : La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent, une histoire des Algériens au Canada.


Ce livre de 228 pages, vient de paraître aux éditions Publibook, à Paris. Il a été écrit en collaboration avec Aurélien Yannic qui, à l’instar de Marion Camarasa, est docteur en histoire, diplômé de l’Université de Toulouse le Mirail.

La première partie est consacrée à la société d’accueil et aux rapports qu’entretiennent l’Algérie et le Canada alors qu’en seconde partie, il est question précisément de la communauté algérienne. Et l’une des sections du livre porte sur « la question du retour, résultante d’un échec ou de l’évanescence d’un rêve

L’émigration algérienne souligne Marion Camarasa, « cherche sa place au milieu du débat entre francophones et anglophones qui agite depuis sa création le Canada.»

Les auteurs s’inscrivent dans une approche pluridisciplinaire. C’est pour cela que tous les aspects sont pris en charge, évalués,  pour nous livrer une étude originale, une enquête approfondie aux problématiques riches et nombreuses.

Le livre est préfacé par Sabine Venturelli, avocate spécialisée en immigration à Montréal. Elle souligne que cet ouvrage est une œuvre de rapprochement entre la communauté algérienne et la communauté québécoise. Il permet, ajoute-t-elle, dans une écriture, simple, claire, très lisible malgré son érudition, de mieux se connaître, de mieux s’apprécier, de découvrir les points communs entre ces deux peuples.
À noter que La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent, une histoire des Algériens au Canada  , devrait rejoindre un large public intéressé par l’immigration au Canada et, particulièrement par la communauté algérienne. Il est disponible chez l’éditeur parisien Publibook et peut être commandé par Internet.

Note:
cette chronique a éét diffusée sur les ondes de la radio Alger Chaîne III ce 25 décembre 2010.

2 commentaires: