lundi, février 19, 2018

Publication : La Reine Minouche

Page couverture


Depuis  un bon bout de temps, Samira Aït-Ouhamou traîne une histoire dans sa tête, celle de sa mère. Elle a déjà pris des notes, noirci du papier. Et, voilà bientôt un an, une belle rencontre au salon du livre d’Argenteuil, dans la banlieue parisienne. 

Elle y rencontre Geneviève Buono, auteure, poétesse et dramaturge. Elle lui parle de sa maman, de son histoire, des épreuves qu’elle a traversées.  Geneviève s’est montrée spontanément réceptive. 

De ces échanges va naître un livre, La reine Minouche, un récit de vie, que les Éditions Tangerine nights viennent de publier avec une préface de Nils Andersson.

Sur la page officielle Facebook du livre, Samira Aït-Ouhamou nous dit que celles et ceux qui habitaient ou habitent toujours Kouba, une banlieue d’Alger, reconnaîtront tante Yasmine que les intimes appelaient Minouche. Pour celles et ceux qui ne la connaissent pas, ils ne tarderont pas à la découvrir au fil des pages du livre qui retrace sa vie.

La quatrième de couverture pose une interrogation : Mariée à seize ans, Yasmina doit accepter la domination de Mohand. Lorsqu’il la trahit, saura-t-elle enfin faire entendre sa voix ? 

Samira : J'ai écrit ces cahiers sur le dos de ma mère dont j'ai longtemps partagé le lit dans mon enfance...

Geneviève : Derrière une femme algérienne se dessine le portrait de ma mère, et peut être celui de toutes les femmes...

D’après une histoire vraie.

Geneviève Buono et Samira Aït-Ouhamou, La reine Minouche, Éditions Tangerine nights, Paris, 2018 142 pages.



mardi, février 06, 2018

In Memoriam: MICHAEL J. HARNER, 1929 – 2018

Michael Harner 1929-2018
Michael Harner, l’anthropologue américain, figure centrale de la redécouverte du chamanisme dans nos cultures, a quitté son corps le matin du 3 février 2018. Il était âgé de 88 ans. Son héritage continuera de vivre à travers ses milliers d’étudiants et de praticiens du chamanisme. 

Michael Harner, auteur du classique du chamanisme, La voie du chamame et de Caverne et Cosmos, est né à Wahington DC en 1929. 

Après avoir obtenu son doctorat en anthropologie en 1963, il a enseigné dans diverses institutions, notamment à Berkeley, à l'Université de Columbia, à l'Université de Yale et à la faculté des études supérieures de la New School de New York.

La plus grande contribution de Harner est d’avoir relié les mondes du chamanisme indigène et du monde contemporain à travers son travail sur le terrain et la recherche, l'expérimentation, les écrits et le développement original des méthodes fondamentales du chamanisme.  En 1979, il a créé la Fondation pour les études chamaniques. Puis, en 1987, il quitte complètement l'université pour se concentrer uniquement sur son travail chamanique, pour lequel il obtient de nombreux diplômes et récompenses. La Fondation lui rendra hommage dans les jours à venir.

Pour aller plus loin :
Michael Harner, l'inventeur du chamanisme moderne, Laurent Huguelit, INREES, 2011.
Voir aussi, l'excellent documentaire en anglais, The way of the shaman, sur le travail de Michael et Sandra Harner.

mercredi, janvier 24, 2018

Anne-Sophie Stefanini : Nos années rouges

Couverture du livre

"Je me souviens de ce slogan écrit sur les murs de l’université à Paris et que je répétais toute la journée: « la poésie et la révolution». Je pourrais dire à cet homme qui me questionne : « Je suis venue à Alger pour la poésie et la révolution», mais c’est une profession de foi flatteuse
qui ne dit pas toute la folie de notre aventure."

Nos années rouges, Gallimard, Paris, 2017, p. 15


À Paris, Catherine s’est battue avec ses amis communistes pour l’indépendance algérienne. En septembre 1962, elle se rend à Alger. Elle veut enseigner, aider le gouvernement de Ben Bella à bâtir un pays libre. Elle est grisée par l’inconnu, cette vie loin des siens : elle explore la ville chaque jour, sûre qu’ici tout est possible. C’est le temps des promesses : Alger devient sa ville, celle de sa jeunesse, de toutes ses initiations.

En 1965, Catherine est arrêtée par la Sécurité militaire : le coup d’État de Boumediene chasse du pouvoir Ben Bella. Catherine et ses amis sont interrogés. En prison, face à celui qui l’accuse, elle se souvient de ses élans politiques et amoureux, de ce qu’elle a choisi et de ce qu’elle n’a pas voulu voir. Qui étaient vraiment ces «pieds-rouges» dont Catherine faisait partie? Quelle femme est-elle devenue?

Plus aller plus loin :

Exilé de soi-même, comte-rendu de Carmen Robertson

dimanche, octobre 22, 2017

Exposition : Lorsque la lumière effleure…

Affiche de l'exposition
"Reliefs de lumières, douceur et déchirement, fleurs ou abstractions, formes inspirées et inspirantes. Roches et éclats de verre où la lumière ruisselle. La lumière danse sur la toile, elle voyage et nous entraine dans son sillon. On suit les veines de mortier pour noyer notre regard dans l'ombre d'une fleur. Puis on
s'émerveille de cette alchimie qui transforme le grès en onyx, le verre en opale. Des fils gris argent où la lumière s'accroche, dessinent les crêtes d'un océan blanc.  
Projetée ou ambiante, la lumière est matière. C'est par des effleurements de lumière que MEHEL dessine l'espace de ses œuvres. C'est une invitation au voyage sensoriel à travers des paysages minéraux et des canevas de blanc."
N.M. 

Le Professeur Norman Cornett, Commissaire d'exposition, présentera deux ateliers dialogiques. Ces ateliers permettront de saisir toute la complexité et la profondeur des œuvres de l’artiste. Le premier atelier Dialogue avec les œuvres  est prévu le samedi 28 octobre de 11 h à 13 h. Le second atelier Dialogue avec l’artiste, le dimanche 29 octobre  de 14 h à 16 h.

MEHEL a reçu plusieurs distinctions lors de ses expositions : Médaille d’or en 2005 et Médaille d’argent et de bronze en 2006 par le Levant au Musée St Laurent des Maîtres et Artisans. Elle a exposé à Tokyo, Alger, Paris,
Boston, Tunis et Montréal. Certaines de ses œuvres font parties de collections de particuliers et d’entreprises à Alger, Florence, Paris, Tokyo et Montréal.

Lieu : Galerie ERGA, 6394, Boul. St_Laurent, Montréal.
Quand ? du 19 au 30 octobre 2017. 
Pour info : 514-834-5823 ou info@mehel.ca

dimanche, août 06, 2017

Le professeur Omar Aktouf au Quotidien d'Oran : en finir avec la pensée magique néolibérale

Omar Aktouf



Omar Aktouf, professeur titulaire à HEC Montréal, revient dans cet entretien exclusif accordé au Quotidien d'Oran (1) sur les derniers événements en Algérie notamment sur le nouveau gouvernement de M. Abdelmadjid Tebboune qui entend séparer l'argent de la politique.

Le Quotidien d'Oran : Lors de votre dernière conférence animée à Alger, vous avez affirmé qu'en matière de choix économique, «l'Algérie n'est toujours pas dans la bonne voie». Pouvez-vous être plus explicite sur ce point d'autant plus que vous rejetez le modèle néolibéral à l'américaine et que vous préconisez, en parallèle, une solution dite «locale» ?

Omar Aktouf : avant toute chose, j'aimerais remercier le plus vivement du monde votre journal et son équipe éditoriale pour la place qui est si aimablement donnée à la «vulgarisation» de mon travail intellectuel, à travers les contributions du Pr Amokrane. Ensuite je tiens à souligner que je fais ici exception (exclusive) à ma décision de ne plus donner d'interview aux médias algériens, en partie en guise de «remerciements» et en partie en raison des heures graves que traverse notre pays depuis la mise en place de la nouvelle équipe dirigeante sous la houlette de M. Abdelmadjid Tebboune.

Pour répondre à votre question, je dirai que, effectivement, l'Algérie n'est pas plus sur une meilleure - encore moins la bonne - voie de politiques économiques. En fait je ne vois aucune période durant laquelle notre pays aurait été, ne serait-ce que proche d'une quelconque voie économique saine et claire, à part sans doute, une partie des années 1965-1975 où il y avait tout de même un clair début de mise en place de conditions de «développement autocentré».

C'est-à-dire : énormes efforts de formation de compétences algériennes dans tous les domaines, mise en place de biens d'équipements destinés à valoriser nos ressources, à aller vers une forme d'autosuffisance progressive… à part cela, et depuis, je n'ai vu que navigation à vue sans cap ni direction. Pomper le pétrole et le gaz, vendre et acheter tout de l'étranger sont restés les seules «politiques économiques» algériennes. Et cela continue ! Une voie plus logique serait de tirer les leçons des errements commis jusque-là et d'en induire les bonnes choses à faire. Ainsi, il n'est pas difficile d'admettre que la voie néolibérale suivie depuis la fin des années 1970 est une grave impasse. Dès lors, il est clair que le premier pas le plus logique serait de rompre avec cette voie. Ce qui signifie, pour aller au plus évident, cesser de croire que «le marché» est le bon et unique mécanisme de régulation économique ; cesser de croire que l'État et les fonctionnaires des services publics ne sont que des dévoreurs de budgets inutiles, voire de néfastes bureaucrates ; cesser de croire que les services publics et sociaux ne sont que «dépenses».

En bref, en finir avec cette pensée magique néolibérale qui met tous les bienfaits du côté du «bon privé», et tous les maux du côté du «mauvais État gaspilleur». Par ailleurs, je dis que nous sommes sur la mauvaise voie du fait que nos dirigeants rechignent à voir que le mode occidental-nanti lui-même n'arrive pas à se sortir des effets de la crise de 2008. Il ne faut donc surtout pas, encore et encore, recourir à des méthodes néolibérales pour guérir des problèmes néolibéraux. La «solution locale » consisterait à faire, par exemple, comme l'Allemagne ou le Japon qui, «à tout problème allemand ou japonais recherchent une solution allemande ou japonaise». Et aussi, aller d'urgence vers ce qu'on appelle le «développement autocentré» (un peu ce qu'ont fait la Corée du sud, la Malaisie, aujourd'hui la Chine…), c'est-à-dire valoriser ses propres ressources et compter d'abord sur ses propres compétences incluant la – fort nombreuse et fort compétente- diaspora.

Q.O : Actualité oblige, vous semblez donner du crédit à la nouvelle équipe gouvernementale ou du moins vous lui concédez qu'elle «reconnaît la gravité de la situation». Au-delà du constat établi qu'on ne peut occulter, quelles sont, selon vous, les priorités de l'heure. Par quoi devrait commencer le gouvernement pour relancer l'économie ou arrêter l'hémorragie ?

O.A. : Je confirme, en effet, mon appui à la volonté de la nouvelle équipe gouvernementale de songer à «nettoyer les écuries d'Augias», et à tracer des lignes claires - je l'espère - entre monde de l'argent et monde politique. Nul n'ignore en Algérie à quel point il y existe des fortunes privées, et sans doute des plus colossales, aux origines plus que «suspectes» et aux agissements plus que répréhensibles – ce dont les médias donnent déjà certains aspects éminemment inquiétants. Cela ressemble beaucoup à ce que je préconise depuis des années : la restauration d'un État algérien fort, un État de droit qui donne l'exemple et qui montre qu'il est capable d'aller chercher l'argent là où il se trouve pour arriver à couvrir les très gros manques à gagner vers lesquels nous nous dirigeons avec la baisse drastique de la rente pétrolière.

Cette volonté de mettre un frein à de trop faciles pratiques d'enrichissements scandaleusement basées sur des subventions publiques, sur des «prêts» transformés en fonds perdus, sur le non-paiement de ce qui est dû à l'État… n'a à mon avis que trop tardé à se manifester. Tenter également d'aller chercher et rendre visible la titanesque réserve de fonds que constitue le secteur dit «informel» est également une initiative que je ne peux qu'approuver. Reste cependant la grande question du «comment» et du «jusqu'où». Il serait des plus désastreux que tout ce «tapage» se transforme en velléités sans suite, ou en petites «mesurettes» cosmétiques.

Après de telles annonces et de telles désignations de pratiques hautement inadmissibles, le présent gouvernement ne pourra se contenter de simples «effets d'annonces». La méthode devra être déterminée, ferme, transparente, rapide, aux effets rapidement visibles, et la démarche devra aller vraiment «au fond des choses». Tout devra être «mis sur la table», sans passe-droits ni exceptions : il en va de la crédibilité et de la légitimité des pouvoirs publics. Tout échec ou recul, ou «exception» serait fatal pour le peu qui reste de confiance en nos institutions ! Reste la délicate question de «l'informel». De mon expérience au niveau international, je n'ai jamais vu de cas où l'argent informel ait été «sorti» par la force, rarement, ou fort peu par la «séduction» (genre amnisties fiscales). Il faudrait des mesures «indirectes» du genre de celles adoptées par exemple par le Brésil en décentralisant la gestion et le vote des budgets de projets, jusqu'aux niveaux des citadins de quartiers, ce qui eut pour effet de faire émerger peu à peu l'argent invisible par la force de ceux-là mêmes qui lui permettent d'exister : les citoyens de base. Ou encore, et par ailleurs, comme l'Argentine lors de la crise de 2000, ou la Corée du sud lors de celle de 98, recourir à des mesures de contrôle des mouvements de capitaux.

On peut regarder aussi d'autres exemples de «remise au pas» de l'économie dont on peut s'inspirer et se conforter : l'Angleterre qui renationalise des secteurs entiers (chemins de fer, santé, éducation, postes…) privatisés lors des folies de l'ère Thatcher ; l'Islande qui a étatisé tout son système financier en jetant en prison nombre de banquiers après la crise de 2008 ; la Suisse (!) qui vote des lois obligeant les patrons à laisser fixer leurs salaires par les assemblées générales d'actionnaires, et qui enlève aux banques privées les droits d'émission de monnaie ; la Russie de Poutine qui a en moins de 15 ans remis le pays sur le chemin de la puissance avec une radicale lutte à la haute corruption d'oligarques érigés sous Eltsine. Voilà des exemples d'actions par lesquelles notre gouvernement pourrait débuter pour stopper l'hémorragie. Quant à la «relance», cela est un autre problème, autrement plus vaste et plus complexe. La planète entière est en «crise», il n'y aura, de fait, de «relance» nulle part sur cette planète que s'il y a «décroissance» ailleurs (ce que l'on peut provoquer par les invasions, les guerres, les conflits locaux…). La lutte pour la reprise devra désormais se faire sur deux fronts : celui de la redistribution locale-nationale de ce que le pays peut encore donner, et celui de la redistribution à l'échelle mondiale de ce que la planète peut encore donner. Et surtout s'en contenter et cesser de croire, comme des gamins qui veulent le plus de chocolat possible, que notre Terre peut faire de tout un chacun un Bill Gates !

Q.O. : Vous citez la Malaisie qui a refusé le programme proposé par le FMI, réussissant, après plusieurs années de crise, à retrouver le chemin du développement, il y a aussi le cas de la Bolivie, mais on ne cesse de suggérer que l'Algérie se dirige inéluctablement vers l'endettement extérieur, les notes du FMI faisant foi. A votre avis, l'Algérie peut-elle se soustraire à cette éventualité ?

O.A. :Le cas de la Malaisie est un cas d'école, mais il y en a bien d'autres plus ou moins semblables, comme la Corée du sud, l'Indonésie, la Chine… qui ont en commun d'avoir misé avant tout sur des politiques de développement autocentrés, ce dont j'ai parlé plus haut. Si on veut aller vers un vrai développement «durable», et non vers la confusion de naissance de nouvelles classes de riches avec croissance, nous n'avons aucun autre choix que de «canaliser» (ce qu'ont fait la Corée du sud et la Malaisie) l'action économique privée à l'intérieur de plans de développement nationaux successifs. Cela tout en s'assurant que tout ce que fait le secteur privé demeure intraverti, paye son dû à l'État, contribue à l'amélioration des conditions citoyennes et environnementales autour de leurs installations…

Ainsi le modèle d'affaires le plus prisé est celui qui consiste à mettre, en plus d'être intégré aux plans nationaux, dans l'amélioration des conditions environnantes des sommes proportionnelles à l'enrichissement personnel. Mais pour cela il est absolument indispensable d'éloigner le monde de «l'argent égoïste» des décisions politiques, et même de toutes instances dédiées à promulguer ou élaborer des lois.

Pour ce qui est à présent de l'endettement extérieur, il convient de comprendre que toutes les officines du genre FMI ne décernent satisfécits et reproches aux divers pays qu'en fonction de leur degré d'adhésion aveugle au catéchisme néolibéral. Lequel catéchisme est là pour assurer la pérennité de la domination et de la richesse des pays dominants et riches : il ne faut surtout pas se faire d'illusion à ce sujet. Ensuite il convient de savoir que le recours à l'endettement extérieur en soi n'est pas forcément condamnable. Ce qui peut l'être c'est l'usage qu'on en fait. Personnellement, je ne demande pas mieux que notre pays se passe d'emprunts extérieurs. Il y a eu une époque où, profitant des sommets des prix pétroliers, on aurait pu se donner un immense «effet de levier» en ajoutant à la manne de réserves accumulée, des emprunts à conditions historiquement favorables, et en profiter pour reprendre l'élan de développement autocentré dont je parle plus haut, et y ajouter (ce que j'ai dit à plusieurs reprises) un effort de revalorisation de l'agriculture (pendant, ce qui est inadmissible, que des opérateurs étrangers continuent à avoir la main haute sur la machinerie agricole), notamment des Hauts-plateaux ; de mise à niveau de nos infrastructures ultra-désuètes depuis les ports jusqu'à l'internet en passant par les banques ; de nos calamiteux systèmes d'éducation, de santé…

Mais hélas, nous avons manqué le bateau en croyant que ces réserves seraient éternelles, et que les prix des hydrocarbures seraient indéfiniment à la hausse. Hélas, on voit que, entre autres, les USA se montrent prêts à sacrifier climat global, santé de leurs citoyens, qualité de leur environnement… pour maintenir, avec l'exploitation à vaste échelle des huiles et gaz de schiste, la tendance à la baisse des prix pétroliers. Ce qui arrange du même coup – sur le court-terme- leur désir de stabilité sociale chez eux, tout en enfonçant les pays / régimes qu'ils considèrent comme «adverses» ou contraires à leurs intérêts : le Venezuela, l'Iran, la Russie… Or tout cela a contribué à faire fondre à vitesse grand «V» toutes nos réserves, donnant du même coup au FMI et autres l'occasion de nous tancer et nous diriger vers de nouveaux endettements.

Quand on constate que nos revenus gaz-pétrole dégringolent de près de 70% et que nous n'arrivons -jusque-là- à baisser la facture des importations que d'un malingre 11%... on voit bien se poindre le spectre de la pure et simple banqueroute ! Si on ajoute à cela l'énorme difficulté – et l'absence de méthode visible- pour faire sortir et canaliser l'argent informel, combinée à l'espèce de «valse-hésitation» que semble danser le nouveau pouvoir vis-à-vis des puissances d'argent nationaux (que signifie cette réunion à huis-clos, dite «tripartite» du 30 juillet, où gouvernement et «oligarques» semblent s'être donné des gages de continuité de leurs beaux jours réciproques ?), je vois difficilement comment, et combien de temps, on pourra se passer du recours à l'endettement extérieur. Bien entendu, et je suis l'un des premiers à l'avoir déconseillé, je ne le souhaite pas, tant j'appréhende la dureté des conditions auxquelles on nous prêtera. Mais quelle est l'alternative, si, comme je le crains au vu du fil des évènements récents, l'annonce «d'aller chercher l'argent là où il est» ne reste qu'annonce ?

Q.O. : Tebboune a professé sa doctrine de séparer le monde de la politique des milieux d'affaires. Pensez-vous une chose pareille dans le domaine du possible connaissant l'accointance de l'argent avec les cercles des prises du pouvoir ?

O.A. : Voilà une «doctrine» que je ne peux qu'applaudir. Mais, malheureusement, il peut y avoir de grosses distances entre «doctrine» et «faits réels». Or en guise de faits réels, ce que l'on observe ces jours-ci, c'est quelque chose qui ressemble plus à une amorce de recul face aux forces de l'argent, que de sérieuse mise en pratique de ce qu'implique cette doctrine. Non seulement on invite encore et encore, ces mêmes forces à s'asseoir à la table des décisions avec cette surprenante «réunion tripartite» dite de discussion à huis clos «autour d'un café», mais on en annonce une autre pour septembre ! Tout cela prend déjà, hélas, des allures de «un pas en avant et deux en arrière». Comment et pourquoi, aussitôt après avoir littéralement accusé certaines «grosses pointures» des fortunes privées algériennes de pratiques hautement délictueuses d'accaparements – piratages de l'argent du peuple, et d'incroyables détournements-fructifications de subventions publiques, inviter ces mêmes «pointures» à «un thé-café tripartite» tenu strictement «entre soi» !?

Puis en annoncer un autre pour la rentrée ? Ce sont là exactement les mêmes façons d'agir que l'on reprochait au gouvernement précédent, non ? Tout cela flaire le recul et le magouillage sordide entre forces qui ont besoin les unes des autres sous conditions de certains «équilibres»… Les poules ne peuvent inviter les renards à discuter des façons dont ils vont coexister ! Donc ma réponse sera limpide et catégorique : à voir évoluer les choses depuis la (tout de même très récente) annonce de mise au pas des «oligarques» qui outrepassent certaines limites, je ne vois rien, strictement rien, qui puisse montrer que le présent pouvoir a vraiment l'intention –ou la capacité- de passer des paroles aux actes. Je mettrais peut-être un petit bémol : devant l'opacité et le secret entretenus autour de la surprenante «réunion tripartite» de ce dimanche, je veux bien avoir le naïf optimisme de croire encore que, devant tant de dures mises en causes publiques, il y aura tout de même quelques apparences de «mises au pas», ne serait-ce que pour amuser la galerie. Autrement dit, tous les évènements récents montrent que soit tout cela n'a été que théâtre, soit que les accointances entre les forces concernées sont au-delà de toute capacité réelles de s'y attaquer.

Q.O : L'épisode Haddad laisse supposer une nouvelle approche dans la gestion de l'argent public et des affaires, remettant du coup en cause le nouveau modèle économique lancé par Sellal et les dérives qui s'en sont suivies. Est-ce la fin de la mafia politico-financière ?

O.A. : Je ferais ici la même analyse que celle que je fais pour la question précédente. Tout d'abord, aucune nouvelle approche de gestion des fonds publics ne m'est apparue, en tous cas clairement définie dans ses méthodes, procédures, finalités, délais, modalités, acteurs, objets… Ensuite, je ne vois absolument rien de «nouveau» dans le fameux «modèle» annoncé et repris à hue et à dia ! Je n'y ai vu que vagues considérations sur de banales questions de «mises à niveau» fiscales, de vœux de rompre avec le modèle de la rente, d'aller vers une économie plus diversifiée… qu'y a-t-il là de nouveau, sinon un superficiel aménagement des sempiternelles modalités et pratiques néolibérales ? Une chose n'est «nouvelle» que si elle remet en question ses propres fondements, pas si elle se contente de changer de vernis ! Peut-être ai-je tort, mais je ne vois dans ce que vous appelez «dérives» que «consolidation», ou «officialisation» ou «exagération» de pratiques préexistantes. Décidément, hélas, rien ne montre que ce que vous dénommez la «mafia politico-financière» soit en danger, à voir la façon dont les choses évoluent actuellement en tous cas.

Q.O. : L'Algérie a connu plusieurs expériences malheureuses dans la relance économique, l'épisode des unités de montage de voitures en est un, pourriez-vous nous dire les causes et les conséquences de telles erreurs de casting et de programmation à moyen et long termes ?

O.A. : Oui, il est incroyable de voir à quel point nos dirigeants semblent ne pas voir, et encore moins tirer les leçons des erreurs commises. Ce dont vous parlez est le énième épisode d'une saga qui s'étale sur des décennies ! On ne compte plus les tentatives avortées de mise en place d'industries de montage automobile. Si les conséquences sont évidentes en termes de temps perdu, de colossales sommes perdues et / ou détournées, de pertes de capital confiance de la part des éventuels partenaires étrangers… les «causes» elles, demeurent opaques. On ne peut, à moins d'être dans les premiers cercles du pouvoir, que se livrer à de multiples conjectures. Conjectures qui néanmoins, conservent des constantes purement algéro-algériennes : incompétences, gabegies, appâts du gain facile, détournements, recours à des «lessiveuses» d'argent douteux. À moyen et long termes, il est clair que nous serons – si ce n'est déjà fait- dépassés, largement dépassés, par ce que font en ce domaine des pays comme le Maroc, pour ne citer que cet exemple. Quand on pense qu'à l'indépendance nous avions déjà de fort efficaces usines de montages Renault, Berliet… on ne peut que pleurer de rage plus de cinquante ans après !

Q.O. : Le gouvernement a instauré des licences pour l'importation de nombreux produits. Pensez-vous qu'il s'agit d'une bonne décision pour l'économie algérienne ?

O.A. : Si vous faites allusion à l'instauration de licences visant à limiter l'anarchie dans les importations tous azimuts, cela aurait dû être fait depuis bien longtemps. Bien entendu, je considère que toute mesure de ce genre est en soi une bonne chose. Il faut cependant ajouter que se posera le problème inévitable de la «substitution». Comment et par quoi va-t-on compenser l'absence des importations visées ? En amont, il y a la kyrielle d'intrants indispensables à toutes sortes de productions nationales qu'il faut absolument continuer à importer ; en aval, il y a la non moins énorme kyrielle de produits de première nécessité que nous importons et dont on ne peut se passer, à commencer par la poudre de lait. Pour que de telles mesures donnent les effets escomptés, il aurait fallu, il y a bien longtemps, avoir songé à la mise en place de capacités de «compensation-substitution» préalables. Ce qui n'existe hélas pas, sinon en des proportions largement inférieures à ce qui sera nécessaire. Et en bout de ligne, le risque d'en arriver à priver les Algériens de produits et services indispensables et essentiels ne pourra, en toute logique, que conduire à une forme ou une autre d'explosion généralisée de la rue. Qui sait alors où cela mènerait le pays, sachant déjà l'ampleur des rancœurs accumulées contre «oligarques» indécemment riches, et gens du pouvoir, non moins aisés et complices «objectifs» ?

Q.O. : Plus que jamais l'économie nationale est basée sur la rente. Elle est aux mains d'une vingtaine de noms qu'on retrouve dans tous les domaines d'activité, bien installés et prioritaires dans l'octroi des marchés publics. Croyez-vous possible un retournement de situation et des poursuites judiciaires à tous les niveaux de décision ou n'est-ce que de la poudre aux yeux pour amuser les Algériens ?

O.A. : Je ne peux ici que reprendre nombre de considérations que j'ai développées plus haut. L'imbrication, sans généraliser à outrance, entre intérêts des cercles du pouvoir politique et ceux des cercles de «faiseurs d'argent», est telle, et tellement «verrouillée» autour de familles et personnages bien délimités, que tout retour en arrière, ou tout réel changement ne pourrait se faire que dans l'affrontement, le rapport de force et la mise au pas radicale. Une action courageuse et à grande échelle à la Poutine reste l'incontournable recours. Sinon, et je le répète, il semble qu'on en voit bien des signes, tout cela ne semble déjà et finalement que de l'effet d'annonce allant vers une triste forme d'amusement du peuple. Où sont les institutions et les «gens de pouvoirs» suffisamment propres, intègres, forts, déterminés, désintéressés… non impliquées eux-mêmes dans de douteuses affaires, pour conduire de telles actions ? Pour les mener de façon crédible et avec l'appui populaire jusqu'au bout de leurs objectifs ? On ne cesse de répéter de-ci de-là que «heureusement qu'il y a ces nouveaux riches privés, qui eux, crée de l'emploi, de la richesse…». Tout en y ajoutant des tonnes de balivernes du catéchisme néolibéral – y compris à travers des livres dits «savants» publiés à grand bruit- encensant les providentiels «patrons-leaders-visionnaires». Toute cette «métaphysique patronale» devient lassante – sinon criminellement dangereuse- et, à la limite, une sorte de mantra soigneusement entretenu entre rentiers et parasites de rentiers. Ce faisant, on berne le bon peuple d'une part, et d'autre part on donne oxygène et temps à la mise à sac systématique et méthodique du pays. Car enfin, où a-t-on vu un patron quelconque (sauf rarissimes exceptions) «créer» un emploi si ce n'est pour en exploiter jusqu'à l'os le titulaire ? Pourquoi alors l'en remercier et l'encenser ? Ensuite, on oublie trop facilement que cela n'est qu'affaire de «cycles» : dès que les produits et services fournis se font concurrencer par d'autres, ces «bons patrons» se mettent immédiatement à sauvagement licencier ! Cela se voit à l'œil nu à travers toute la planète du capitalisme néolibéral, où le «bon gestionnaire» est désormais celui qui sait licencier le plus possible, et mettre sur le dos des «survivants» des objectifs de résultats tellement fantasques qu'on en arrive à voir des suicides en série sur les lieux de travail : Orange, Renault… et j'en passe.

Q.O. : Le mot de la fin

O.A. : Mon mot de la fin sera à deux niveaux. Le premier est celui du fait «mondialisation sans gouvernance mondiale» : il est des plus hypocrite et injuste envers les pays non-nantis que de promouvoir et imposer une mondialisation tous azimuts, sans limites, ouvrant tous les espaces économiques et toutes les frontières à tous les vents, sans imposer du même élan des règles du jeu identiques à tous. Qui ignore que les USA qui crient au loup dès qu'il y a la moindre subvention agricole quelque part, ne se gênent nullement pour scandaleusement subventionner des pans entiers de leur agriculture ? Comment laisser au dit «marché» le soin d'équilibrer les échanges et les croissances, quand on sait que quelques multinationales occidentales «pèsent» plusieurs fois le PNB de pays entiers ? Il faudrait, et c'est la moindre des choses, à «globalisation» mondiale, une «gouvernance mondiale». Cela voudrait dire par exemple, une instance supranationale (genre ONU) qui veillerait à ce que tous les pays de la planète exigent des multinationales les mêmes salaires et les mêmes impôts ! Pousser, comme on le fait, pour soi disant «attirer» les investissements étrangers, toutes les nations à se battre en une infinie surenchère de baisses – sinon d'éliminations- d'impôts sur les revenus des grandes firmes qui opèrent internationalement, c'est pousser les maillons les plus faibles au suicide économique pur et simple des États qui perdent ainsi la seule «arme» avec laquelle ils peuvent agir en tant qu'États. Jusqu'où ira par exemple la folle spirale de guerre des baisses d'impôts sur les profits que se livrent Irlande, Écosse, France… pour séduire les prédateurs transnationaux ?

Comment et avec quelles conséquences pourrions-nous jouer ce jeu !? Le second niveau sera celui de ce qui se passe au niveau national : éviter à tout prix de dépendre, pour son développement, des stricts apports étrangers. Se mettre hors de la voie du développement autocentré, c'est se jeter dans les griffes de la prédation nationale et internationale ! Pour ce qui est de l'Algérie, je ne vois donc qu'une issue, si ce n'est déjà trop tard : le retrait immédiat de toutes les cliques depuis trop longtemps au pouvoir et la mise en branle des bases d'une seconde République.

La convocation d'une assemblée constituante qui ferait repartir le pays sur de vraies nouvelles bases, avec un projet de société clair et consensuel.

1. Entretien réalisé par Moncef Wafi, Le Quotidien d'Oran, 3 août 2017

lundi, juin 12, 2017

La confidentialité en ligne pour les journalistes




La confidentialité en ligne est d’une brûlante actualité. Elle préoccupe les journalistes. La question a été débattue au sein des cercles journalistiques et à d’autres niveaux, comme l’UNESCO

L'ancien rédacteur en chef de Haaretz, Michael Dagan, 25 ans d’expérience, vient de livrer quelques astuces et des conseils pour se protéger et protéger ses sources.Pour lire en français, La confidentialité en ligne pour les journalistes, rendez-vous sur le blog de Michael Dagan. 


mercredi, mars 08, 2017

Le réalisateur Rabah Bouberras




La journaliste Nacima Chabani du quotidien algérien El-Watan vient de consacrer un article sur notre ouvrage Les fenêtres grand ouvertures. Ci-dessous, son compte rendu de lecture en date du 28 février 2017.


C’est parce que le cinéma a toujours été sa raison de vivre que le cinéaste algérien Rabah Bouberras a voulu immortaliser, à travers un ouvrage intitulé Les fenêtres grand ouvertes quelques séquences de sa passion pour cet art.
Publié par les éditions canadiennes Beroaf en 2014, Les fenêtres grand ouvertes, entretiens avec Rabah Bouberras, de Mouloud Belabdi, se veut un témoignage intéressant sur le parcours de ce cinéaste algérien. Ainsi, Rabah Bouberras s’est prêté en toute modestie au jeu de questions de son ami, Mouloud Belabdi, ancien journaliste à la Chaîne 3. Les fenêtres grand ouvertes est le fruit de plusieurs  rencontres qui se sont déroulées à Montréal, où les deux comparses habitent depuis quelques années déjà. Dans l’avant-propos, Mouloud Belabdi souligne que «le cinéma a  toujours été  au cœur de la vie de  Rabah  Bouberras. C’est sa seconde vie.

Et c’est tout naturellement qu’il conte cette  passion. S’il regrette, parfois, quelques faiblesses, il se ressaisit pour jeter son regard plus loin. Vous remarquerez qu’il évoque souvent la  conscience. C’est dire que derrière les sujets qu’il traite dans ses films, c’est l’universel qui le préoccupe, en d’autres termes, l’être humain.  Et c’est toute la différence entre réaliser un film et transmettre ce qu’il y a, au-delà des images et des sons». Dans un style des plus fluides, le lecteur est à même de s’imprégner d’une époque révolue à jamais, où le cinéma algérien brillait de mille feux, entre les années 70 et 80.
Tout au long d’une pagination riche de 251 pages, le cinéaste se dévoile en revenant dans les moindres détails sur sa découverte du cinéma, sur ses années d’apprentissage à Alger, sur sa formation à Moscou de 1974 à 1981, sur sa filmographie, ainsi que sur son exil au Canada. Le cinéaste Rabah  Bouberras  révèle que sa passion pour le cinéma est née à la suite d’un coup de foudre pour le film Cléo de cinq à sept, d’Agnés Varda. Un film qu’il a vu en compagnie de son frère, un certain dimanche de l’année 1966 au niveau de la Cinémathèque d’Alger.

Une fois le bac en poche en 1970,  l’homme aspire à faire des études dans le cinéma, alors que le pays ne donnait pas cette opportunité aux intéressés. Il commence à rédiger des lettres de candidature à l’étranger.  «Souvent, je ne recevais pas de réponse, ou si j’en recevais, il fallait aller s’inscrire et payer. Pour moi,  ce n’était pas évident, il fallait une autorisation de sortie pour l’étranger et à ce moment-là, l’argent et les devises m’étaient impossibles à avoir».  Rabah regagne, donc la fac de lettres à Alger, section philosophie, puis l’Institut d’études politiques.

En 1972, il tombe sur une annonce dans un journal  pour une formation de script- assistant et de monteur à la Télévision (RTA). Il postule à ce concours avec brio. Il suit un stage de deux ans qu’il ne termine pas, mais où il réalise deux films. Il regagne, par la suite, l’Institut du cinéma de Moscou (VGIK), chez Alexandre  Zgouridi.

Il est à noter que Rabah Bouberras compte à son actif trois courts métrages réalisés dans les années 70 et une série de téléfilms pour la RTA en 1982. Parmi les films phares qu’il a réalisés, citons, entre autres, Vague après vague, Sombréro, Le Voyageur et la route et Sahara Blues. Il a, en outre, adapté La fin d’un acteur, d’Anton Tchékov , monté Tchop  et le spectacle de music-hall, Les Folies berbères.


Nacima Chabani